Aller au contenu principal
Logo de la Commission européenne
Représentation en France
Article d’actualité27 juin 2022Représentation en France

Déclaration commune de la présidente von der Leyen et du président Biden sur la sécurité énergétique européenne

Déclaration de la présidente von der Leyen et du président Biden au sujet de la sécurité énergétique européenne.

Flags of countries outside the EU, alongside the European flag

Dans le cadre de son invasion de l’Ukraine, la Russie continue d’utiliser le gaz naturel comme arme politique et économique. La contrainte énergétique imposée par la Russie a exercé une pression sur les marchés de l’énergie, augmenté les prix pour les consommateurs et menacé la sécurité énergétique mondiale.

Cela a été démontré tout récemment par les graves perturbations politiques de l’approvisionnement en gaz de plusieurs États membres de l’Union européenne. Ces actions ne font que souligner l’importance du travail accompli tant par les États-Unis que par la Commission européenne pour mettre un terme à notre dépendance à l’égard de l’énergie russe.

Nous travaillons également ensemble pour trouver des moyens de réduire encore les recettes énergétiques de la Russie dans les mois à venir afin de réduire encore la capacité de la Russie à financer sa guerre en Ukraine.

Ces mesures sont importantes, nécessaires et nous pouvons les adopter immédiatement, mais nous sommes également conscients de l’ampleur du défi. Pour relever ce dernier et soutenir les efforts de l’Europe, nous avons créé, le 25 mars 2022, le groupe de travail sur la sécurité énergétique européenne.

Depuis lors, les États-Unis et la Commission européenne ont accompli d’importants progrès en vue de réduire la dépendance de l’Union européenne à l’égard des combustibles fossiles russes en réduisant la demande de gaz naturel, en coopérant sur les technologies d’efficacité énergétique et en diversifiant l’approvisionnement énergétique.

Les États-Unis et la Commission européenne prennent également des mesures décisives pour réduire la demande globale de combustibles fossiles, conformément à l’accord de Paris et à notre objectif commun de zéro émission nette au plus tard en 2050.

Le groupe de travail s’est réuni régulièrement pour examiner les possibilités de réduire la demande européenne de gaz naturel et a également rencontré les principales parties prenantes afin de promouvoir le déploiement de pompes à chaleur, de thermostats intelligents et de solutions de réponse à la demande d’énergie.

Nous encouragerons les États membres et les entreprises européennes et américaines à atteindre l’objectif initial consistant à déployer au moins 1,5 million de thermostats intelligents permettant d’économiser l’énergie dans les ménages européens cette année.

Dans les jours à venir, nous nous réunirons à nouveau avec les États membres et les parties prenantes pour discuter de recommandations politiques réalisables visant à accélérer le déploiement et la production de thermostats et de pompes à chaleur intelligents afin de garantir l’approvisionnement en solutions clés en matière d’efficacité énergétique et répondre à la demande croissante.

Nous nous associons également en vue de diversifier l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Alors que la Russie a réduit l’approvisionnement en gaz naturel de plusieurs États membres de l’UE, les États-Unis et d’autres producteurs se sont intensifiés.

Depuis mars, les exportations mondiales de GNL vers l’Europe ont augmenté de 75 % par rapport à 2021, tandis que les exportations américaines de GNL vers l’Europe ont presque triplé.

Pour faciliter ces efforts, la Commission européenne et les États membres, conformément à un mandat donné par le Conseil européen en mars 2022, ont mis en place la plateforme de l’UE pour l’énergie afin de coordonner les mesures visant à garantir à l’UE un approvisionnement énergétique fiable et diversifié, y compris par l’achat commun volontaire de gaz par gazoduc, de GNL et d’hydrogène.

La Commission a également mis en place la première plateforme régionale de l’énergie pour l’Europe du Sud-Est afin de soutenir la diversification du gaz de la région traditionnellement dépendante des approvisionnements russes. Les États-Unis sont un partenaire essentiel pour la diversification durable de l’approvisionnement en gaz de cette région et d’autres États membres de l’UE durement touchés, notamment en soutenant la réduction de la demande et en accélérant la mise en œuvre de technologies propres.

Compte tenu de l’impact environnemental de la production et de la consommation de GNL, les États-Unis et la Commission européenne intensifieront leur coopération en vue de réduire les émissions de méthane, afin de veiller à ce que les échanges de GNL entre l’UE et les États-Unis respectent le champ d’application d’une norme internationalement reconnue en matière de mesure, de déclaration et de vérification des émissions de méthane, tout en s’efforçant de réduire l’éventage et le torchage dans la production de gaz naturel, ainsi que les fuites de méthane dans la chaîne de transport et d’approvisionnement en GNL.

Nous poursuivrons également notre coopération en matière de réduction des émissions de méthane à l’échelle mondiale. Plus récemment, le lancement conjoint avec 11 autres pays de la trajectoire énergétique liée à l’engagement mondial concernant le méthane fera progresser à la fois les progrès en matière de climat et la sécurité énergétique au niveau international.

Détails

Date de publication
27 juin 2022
Auteur
Représentation en France