Skip to main content
Logo de la Commission européenne
Représentation en France
Article d’actualité18 janvier 2022Représentation en France

L’Europe mise sur le “tout vaccinal” ! Vraiment ?

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, la Commission européenne a pris des mesures fortes pour coordonner rapidement l’action européenne face au virus. La stratégie vaccinale a déjà fait ses preuves, assurant le développement, la production et le déploiement des vaccins avec succès : plus de 80% des Européens sont désormais vaccinés et l’UE a exporté plus de 1,4 milliard de doses de vaccin vers plus de 150 pays. Alors que la vaccination reste le meilleur moyen de mettre un terme à la pandémie, elle est loin d’être le seul pilier de l’action de l’Union européenne, qui mise aussi sur le développement des traitements 

Demography in the EU, ages 30-60 - Spain

Des traitements pour la COVID-19

En complément de la stratégie de l’UE pour les vaccins, la Commission européenne a proposé en mai 2021 une stratégie en matière de traitements.  Du financement de la recherche, en passant par le développement et la fabrication et jusqu’à la passation de marchés et le déploiement des traitements, cette stratégie couvre l‘ensemble du cycle de vie des médicaments contre la COVID-19 y compris contre la COVID-19 longue. 

Comme pour les vaccins, la Commission européenne a déjà conclu quatre marchés publics conjoints pour l’achat de traitements COVID-19.  

La Commission favorise également la participation des entreprises de l’UE à la production des traitements contre le coronavirus. 

Des investissements massifs dans la recherche et le développement des traitements

Parmi les différents financements fournis par l’UE en matière de recherche, la Commission européenne a investi 119 millions d’euros pour soutenir, à ce stade, 45 projets de recherche de traitement. 

Elle a également proposé en février 2021 la création d’un nouveau “booster de l’innovation“ pour lequel 90 millions d’euros supplémentaires sont investis pour soutenir les traitements les plus prometteurs jusqu’à leur mise sur le marché.  

Cette stratégie s’inscrit dans le cadre du renforcement d’une Union européenne de la santé, dans laquelle tous les pays de l’UE se préparent et réagissent ensemble aux crises sanitaires.  

Des traitements prometteurs

En octobre 2021, la Commission européenne a constitué un portefeuille de 10 traitements potentiels contre la COVID-19, sur la base de l’avis d’un groupe d’experts scientifiques indépendants qui a examiné 82 candidats. Les experts se sont concentrés sur les catégories de produits ayant le plus fort impact potentiel sur la pandémie : produits empêchant les personnes exposées au virus d’être infectées, réduisant le besoin d’hospitalisation et empêchant les patients hospitalisés de passer à un stade critique ou mortel. Ils ont tenu compte de facteurs tels que l’efficacité contre les variants, la durée de la protection ou la voie d’administration.  

Cette liste comprend trois catégories de traitements adaptés à différents stades de la maladie, qui devraient donc être bientôt disponibles sur le marché européen : 

  • Des traitements à base d’anticorps monoclonaux, les plus efficaces aux premiers stades d’infection ; 
  • Des antiviraux oraux à utiliser aussi rapidement que possible suite à l’infection ; 
  • Et des immunomodulateurs pour le traitement des patients hospitalisés. 

La Commission actualise régulièrement sa liste de traitements prometteurs sur la base des données cliniques et scientifiques. 

Evaluation et mise sur le marché

Depuis le lancement de la stratégie, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a entamé plusieurs “évaluations en continu” afin d’évaluer la conformité des médicaments aux normes habituelles en matière d’efficacité, de sécurité et de qualité.  

L’autorisation de mise sur le marché est accordée par la Commission européenne si un rapport bénéfice/risque positif lié à l’utilisation du produit est établi sur la base des preuves scientifiques disponibles. Dès lors que l’innocuité et l’efficacité de ces traitements sont confirmées par l’Agence européenne des médicaments, les patients y auront accès le plus rapidement possible dans toute l’Union. La Commission fait en sorte que les traitements soient obtenus et livrés aux États membres dès qu’ils sont autorisés.  

Quels sont les traitements approuvés jusqu’à présent ?

Le premier traitement autorisé dans l’UE, le 3 juillet 2020, est Veklury, un antiviral utilisé pour le traitement de la COVID-19 pour les patients ayant besoin d’un apport en oxygène.  

Le 11 novembre 2021, l’Agence européenne des médicaments a rendu un avis positif sur deux autres traitements contre la COVID-19. Il s’agit de Ronapreve et Regkirona, deux traitements destinés à être utilisés lors des premiers stades de l‘infection.  

Cela a été suivi le 6 décembre 2021 par un avis positif sur RoActemra et le 16 décembre Kineret Xevudy.  

La collaboration dans le domaine des traitements est également cruciale à l’échelle mondiale. Dans ce cadre, l’Union européenne et ses États membres continuent de contribuer à la réalisation de l’objectif global de vaccination de 70 % en 2022 et soutiennent le renforcement des capacités de nos partenaires à revenu faible et intermédiaire en matière de séquençage, de tests, de traitements et de vaccination. 

Pour en savoir plus : 

Traitements contre la COVID-19 | Commission européenne (europa.eu) 

Stratégie de l’UE en matière de traitements contre la COVID-19 

Questions et réponses sur la liste des 10 traitements candidats contre la COVID-19 

Union européenne de la santé | Commission européenne (europa.eu) 

Détails

Date de publication
18 janvier 2022
Auteur
Représentation en France