Skip to main content
Logo de la Commission européenne
Représentation en France
Article d’actualité14 juin 2022Représentation en France

La Commission européenne décide seule des sanctions ! Vraiment ?

À la suite de l’annexion de la Crimée en 2014, l’Union européenne a soumis la Russie à une série de sanctions (ou mesures restrictives). Dans le contexte de la montée des tensions et suite à l’agression militaire russe contre l’Ukraine en février 2022, l’Union européenne a adopté six séries de sanctions historiques contre la Russie, afin de mener à la désescalade et obtenir le retrait des forces russes. La Commission européenne a condamné sans attendre ces actions ”non provoquées et injustifiées qui violent manifestement le droit international et portent atteinte à la sécurité mondiale” et les 27 ont répondu immédiatement, en étroite collaboration avec nos partenaires internationaux.

Participation of Ursula von der Leyen, President of the European Commission, in the extraordinary plenary session of the European Parliament

À la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les sanctions de l’UE sont de nouveau au cœur de l’actualité. Malgré une idée reçue, la Commission européenne n’impose pas les sanctions toute seule ! Les mesures restrictives doivent être adoptées à l’unanimité par le Conseil à partir d’une proposition du Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Ensuite, pour donner effet à ces décisions dans le droit de l’UE, la Commission fait de propositions de règlements, qui sont également adoptés par le Conseil. En outre, la Commission joue un rôle essentiel dans la surveillance de la mise en œuvre des sanctions par les Etats membres. 

“Notre Union fait preuve d'une volonté commune qui me rend fière. Très vite, l'Union européenne a adopté trois séries de lourdes sanctions, ciblant le système financier, les industries de haute technologie et l'élite corrompue de la Russie. Il s'agit là du plus vaste train de sanctions de l'histoire de notre Union” - Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne (1er mars 2022) 

Les mesures restrictives, outil de politique étrangère de l’UE 

Les mesures restrictives ou sanctions constituent un instrument essentiel de la politique étrangère et de sécurité commune de l'UE. Elles sont utilisées par l'UE dans le cadre d'une action intégrée et globale, qui inclut un dialogue politique, des mesures complémentaires et le recours à d'autres instruments qui sont à la disposition de l'UE. Les principaux objectifs recherchés lors de l’adoption des sanctions sont de préserver les valeurs, les intérêts fondamentaux et la sécurité de l’UE ; préserver la paix ; consolider et soutenir la démocratie, l’Etat de droit, les droits de l’homme et les principes du droit international ; prévenir les conflits et renforcer la sécurité internationale. 

Les types des mesures restrictives 

Les sanctions de l’UE peuvent viser des gouvernements étrangers, ainsi que des entreprises, des groupes, des organisations ou des individus. L’UE peut décider un embargo sur les armes, des interdictions de voyage, des gels des avoirs ou d’autres mesures économiques telles que les restrictions sur les importations et les exportations. Les sanctions de l’UE sont soigneusement ciblées et conçues pour être proportionnées aux objectifs qu’elles cherchent à atteindre, tout en réduisant autant que possible les conséquences indésirables pour les personnes qui ne sont pas responsables des politiques ou actions qui ont conduit à l’adoption des sanctions.  

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, l’UE a adopté les mesures suivantes : 

Le premier paquet de sanctions inclut : 

  • Des mesures restrictives ciblées
  • Des restrictions des relations économiques avec les régions séparatistes de Donetsk et de Louhansk
  • Des restrictions financières 

Le deuxième paquet de sanctions inclut : 

  • Des sanctions individuelles contre Vladimir Poutine, Sergueï Lavrov et les membres de la Douma, entre autres
  • Des sanctions économiques 

Le troisième paquet de sanctions inclut : 

  • La fourniture d’équipements aux forces armées ukrainiennes par le biais de la facilité européenne pour la paix
  • La fermeture de l’espace aérien européen et des aéroports de l’UE à tous les transporteurs russes 
  • L’interdiction des transactions avec la Banque centrale russe 
  • L’interdiction d’accès au système SWIFT pour sept banques russes 
  • La suspension de la diffusion dans l’UE des médias Russia Today et Sputnik 
  • Des sanctions individuelles et économiques contre la Biélorussie. 

Le quatrième paquet de sanctions inclut : 

  • Le retrait à la Russie de son statut de nation la plus favorisée sur nos les marchés européens.
  • La suspension des droits de la Russie dans aule FMI et à la Banque mondiale. 
  • L’interdiction de l’utilisation de cryptoactifs par l’Etat russe et ses élites. 
  • L’interdiction de l’exportation de tout produit de luxe européen vers la Russie. 
  • L’interdiction de l’importation de biens essentiels dans le secteur du fer et de l’acier en provenance de la Russie. 
  • Une interdiction massive des nouveaux investissements européens dans le secteur énergétique russe. 

Le cinquième train de sanctions inclut : 

  • L’interdiction des importations de charbon en provenance de la Russie
  • L’interdiction pour tous les navires russes d’accéder aux ports européens 
  • L’interdiction pour les transporteurs routiers russes et biélorusses d’entrer dans l’UE 
  • Des interdictions supplémentaires concernant les importations et les exportations 
  • L’interdiction des dépôts dans des crypto-portefeuilles. 

Le sixième paquet de sanctions inclut : 

  • Des interdictions à l’importation et au transport du pétrole et des produits pétroliers russes
  • L’interdiction d’accès au système SWIFT pour trois banques russes supplémentaires, ainsi que pour une banque biélorusse 
  • La suspension des activités de radiodiffusion dans l’UE de trois médias russes supplémentaires 
  • Des interdictions à l’exportation de 80 substances chimiques qui peuvent être utilisées dans la fabrication des armes chimiques 
  • Des sanctions individuelles supplémentaires 

Le rôle de la Commission européenne  

La Commission européenne prépare les propositions des règlements pour l’adoption par le Conseil. La Commission est aussi en charge de veiller à la mise en œuvre des sanctions. 

Le 4 mars 2022, la Commission européenne a annoncé le lancement d’un outil de lancement d’alerte destiné à faciliter le signalement d’éventuelles violations de sanctions. Il est désormais possible pour les lanceurs d’alerte du monde entier de signaler de manière anonyme des violations des sanctions imposées par l’UE, à travers une plateforme en ligne sécurisée. 

Détails

Date de publication
14 juin 2022
Auteur
Représentation en France