Aller au contenu principal
Représentation en France
Déclaration28 septembre 2022Représentation en France

Déclaration à la presse de la Présidente von der Leyen sur un nouveau paquet de mesures restrictives à l'encontre de la Russie

Seul le texte prononcé fait foi.

Joint statement by Ursula von der Leyen, President of the European Commission and Josep Borrell Fontelles, Vice-President of the European Commission, on a new package of restrictive measures against Russia

Nous voulions présenter ensemble le 8e train de sanctions. La semaine dernière, la Russie est encore montée d'un cran dans son invasion de l'Ukraine. Les référendums fictifs organisés dans les territoires occupés sont une tentative de prise illégale des terres et de modification des frontières internationales par la force. La mobilisation et la menace de Poutine d'utiliser des armes nucléaires sont de nouvelles démarches sur la voie de l'escalade.

Nous n'acceptons pas les référendums fictifs ni aucune forme d'annexion en Ukraine. Et nous sommes déterminés à faire payer au Kremlin le prix de cette nouvelle escalade. C'est pourquoi nous proposons aujourd'hui un nouveau paquet de sanctions sévères contre la Russie.

Premièrement, Le HRVP, Josep Borrell, présentera les individus et les entités qui seront listés.

Je me concentrerai sur la deuxième partie de ces sanctions, qui restreindront davantage les échanges. En faisant cela, nous allons isoler et heurter davantage l'économie de la Russie. Nous proposons donc des interdictions de grande envergure sur l'importation de produits russes. Cela empêchera ces produits d'entrer sur nos marchés. et privera l'économie russe de 7 milliards d'euros de revenus supplémentaires. Nous proposons également d'étendre la liste des produits qui ne peuvent plus être exportés vers la Russie. Nous voulons priver la machine de guerre du Kremlin de technologies clés. Par exemples, cela inclut d'autres pièces pour l'aviation, des composants électroniques et des substances chimiques spécifiques. Ces nouvelles interdictions d'exportation vont affaiblir la base économique de la Russie et sa capacité à se moderniser. Nous proposons également des interdictions supplémentaires concernant la fourniture de services européens à la Russie. Et une interdiction pour les ressortissants de l'UE de siéger aux organes directeurs des entreprises publiques russes. La Russie ne doit pas bénéficier de la matière grise et de l'expertise européennes.

Le troisième aspect concerne le pétrole. La Russie utilise les bénéfices de la vente de ses combustibles fossiles pour financer sa guerre. Nous avons déjà convenu d'interdire le pétrole brut russe transporté par voie maritime dans l'UE, à partir du 5 décembre.  Mais certains pays en développement ont encore besoin de s'approvisionner en pétrole russe, à bas prix. Le G7 a donc accepté le principe de l'introduction d'un plafonnement des prix pour les pays tiers. Le plafonnement du prix du pétrole contribuera à réduire les revenus de la Russie et à maintenir la stabilité des marchés énergétiques mondiaux. Aujourd'hui, dans ce paquet, nous posons la base juridique de ce plafonnement du prix du pétrole.

Et je terminerai par cela : nous intensifions nos efforts pour réprimer le contournement des sanctions. Nous ajoutons ainsi une nouvelle catégorie pour pouvoir lister les individus s'ils contournent nos sanctions. Par exemple, s'ils achètent des biens dans l'Union européenne, les acheminent à travers des pays tiers puis jusqu'en Russie, ça équivaudrait à du contournement de sanctions et ces individus pourraient être listés. Cela aura un effet dissuasif majeur. Nos sanctions ont durement touché le système de Poutine. Lui rendant la conduite de sa guerre plus difficile. Nous intensifions nos efforts et nous allons de l'avant.

Détails

Date de publication
28 septembre 2022
Auteur
Représentation en France