Aller au contenu principal
Logo de la Commission européenne
Représentation en France
Article d’actualité17 février 2022Représentation en France

Discours d'ouverture de la Présidente von der Leyen lors du 6ème Sommet Union européenne-Union africaine

Seul le texte prononcé fait foi.

Participation of Ursula von der Leyen, President of the European Commission, in the 6th European Union/Africa Union Summit 

Mesdames et Messieurs les dirigeants,

Je me réjouis d'être ici parmi vous.

Dans le tout premier discours que j'ai prononcé à l'occasion de mon entrée en fonction, j'ai insisté sur le fait que l'Afrique serait un partenaire clé dans la construction du monde dans lequel nous voulons vivre. Et c'est à l'Union africaine que j'ai réservé mon tout premier déplacement à l'étranger en qualité de présidente de la nouvelle Commission. Depuis lors, nos échanges ont été nombreux — le dernier en date remontant à ma rencontre avec vous, Macky Sall, président de l'Union africaine. Nous partageons tous la même vision: nous voulons la stabilité, la prospérité et le dynamisme économique et social. Et ce sommet constitue l'occasion idéale de discuter des modalités de notre collaboration, des moyens de concrétiser nos ambitions communes.

Je veux parler d'investissements. De projets solides et concrets. Je veux parler de la stratégie «Global Gateway». Global Gateway est une stratégie d'investissement en faveur des infrastructures et de l'humain, l'investissement le plus précieux que l'on puisse imaginer. Nous voulons des investissements dans des infrastructures de qualité — créatrices de liens entre les biens, les personnes et les services. Nous voulons une approche fondée sur des valeurs, offrant des garanties de transparence et de bonne gouvernance à nos partenaires. Nous voulons faire de notre stratégie «Global Gateway» une marque reconnue dans le monde entier. Global Gateway renforcera la capacité de l'Europe à débloquer des investissements, non seulement publics mais aussi privés, à des niveaux sans précédent. Nous pouvons tabler sur une enveloppe d'au moins 150 milliards d'euros en faveur de l'Afrique sur les sept prochaines années. Il s'agit du premier train de mesures au titre de cette stratégie. Et nous avons besoin de vous pour nous dire ce qui est le mieux pour les citoyens.

Grâce à ce nouveau train de mesures, nous voulons catalyser les investissements dans trois grands domaines. Le premier est l'énergie, la voie vers une énergie renouvelable fiable. Nous sommes bien placés pour savoir que le développement économique durable est tributaire d'un accès fiable à l'énergie. L'Afrique est riche en énergie solaire, éolienne et hydroélectrique. Tirons parti de cette richesse. Investissons dans des projets relevant de la stratégie «Global Gateway» pour accroître les capacités en hydrogène. Ou dans les interconnexions électriques et l'accès à l'énergie. Les citoyens doivent avoir accès à l'électricité. Les chiffres que vous nous communiquez sur le nombre de personnes vivant sans électricité constituent un véritable défi, mais ensemble, nous pouvons changer les choses.

Nous devons investir dans des couloirs de transport tels que les routes, les chemins de fer et les voies navigables. C'est la combinaison de l'énergie, de l'électricité et des transports qui permettra de donner corps à la zone de libre-échange africaine. Ou prenons l'exemple de la transition numérique. C'est là que réside le nouveau modèle de productivité économique. À Dakar, j'ai rencontré de jeunes entrepreneurs qui n'ont pas besoin qu'on leur donne de bonnes idées commerciales— ils en ont à profusion. Mais ce dont ils ont besoin, c'est d'avoir accès à l'internet pour développer les idées remarquables qui sont les leurs. Nous voulons donc nous concentrer sur la connexion de l'Europe et de l'Afrique par des câbles sous-marins et sur celle des régions africaines par des câbles terrestres.

C'est de cela que les jeunes entrepreneurs ont besoin, avec l'accès aux capitaux. Ils ont la passion, les idées et la volonté de réussir. Ils ont besoin d'investissements dans la connectivité et dans les compétences. Et d'investissements dans les micro, petites et moyennes entreprises. Nous investirons donc massivement dans l'enseignement et la formation techniques et professionnels. La stratégie «Global Gateway» a pour vocation d'investir dans les talents de l'Afrique.

À court terme, nous continuerons à nous concentrer sur la fourniture et le déploiement de vaccins contre la COVID-19. Mais je veux que nos investissements dans la santé ne se limitent pas à l'urgence immédiate et s'inscrivent dans une stratégie qui voie au-delà des pandémies: Il s'agit d'amener l'Afrique à produire ses propres vaccins et à développer une capacité de production de vaccins à ARN messager dans toute l'Afrique. Nous progressons rapidement. N'oubliez pas que nous avons commencé en avril de l'année dernière. Nous prévoyons à présent de construire cette année au moins deux usines de pointe au Rwanda et au Sénégal.

La semaine dernière, j'ai visité l'Institut Pasteur à Dakar, qui sera l'un des nouveaux sites de production de vaccins. Hier, les installations pilotes de production ont été présentées par BioNTech à Marbourg. Parallèlement, nous aidons l'Organisation mondiale de la santé à mettre en place une plateforme de transfert technologique pour la production de vaccins à ARN messager en Afrique du Sud. Nous sommes convaincus que cette plateforme dotera les entreprises et les scientifiques africains des moyens requis. Nous ne parlons pas seulement ici de la production de vaccins contre la COVID-19. La technologie ARN messager peut également être utilisée pour des vaccins contre d'autres maladies répandues en Afrique, telles que le paludisme et la tuberculose. C'est tout l'objectif de la stratégie «Global Gateway»: nous donner les moyens de faire de notre vision commune une réalité.

Ensemble, nous partageons nos priorités. Mais c'est à vous de nous dire comment y parvenir. En ce qui concerne la transition écologique: qu'envisagez-vous? Pour la décennie numérique, quelles sont les infrastructures nécessaires? De quoi la jeune génération a-t-elle besoin pour concrétiser ses rêves? Nous connaissons tous le beau proverbe africain: seul, on va plus vite; ensemble, on va plus loin. Embarquons ensemble, si vous le voulez bien.

Le sommet d'aujourd'hui est une première étape. Un avenir où nos deux continents travailleront main dans la main pour améliorer le monde dans lequel nous vivons est une vision qui m'est chère.

Je vous remercie.

Détails

Date de publication
17 février 2022
Auteur
Représentation en France