Skip to main content
Logo de la Commission européenne
Représentation en France
Article d’actualité8 mai 2019Représentation en France

Erasmus, ce n’est que pour les étudiants ! Vraiment ?

Erasmus+, le programme phare de l’UE pour la mobilité des étudiants, c’est aussi pour les apprentis ! Depuis 1987, 12 millions de personnes ont bénéficié de ce programme pour effectuer leur mobilité dans l’UE et même au-delà, dont la moitié d’étudiants. Erasmus a de plus en plus vocation à permettre à d’autres catégories d’apprenants de vivre une expérience internationale enrichissante qui valorise leur parcours professionnel et augmente leur chance de trouver un emploi.

Student life during Erasmus+ at Murcia

Erasmus, c’est aussi pour les apprentis !

Contrairement à une idée reçue, le programme Erasmus+ n’est pas réservé aux étudiants. Il s’adresse aussi aux apprentis et aux jeunes en formation professionnelle (« Erasmus Pro »)… sans oublier les volontaires, les apprenants adultes, les animateurs socio-éducatifs, les enseignants et les professeurs… voilà qui explique le « + » dans Erasmus+ ! 

En trente-cinq ans, ce sont plus de 12 millions de personnes issues de 33 pays, dont la moitié d’étudiants, qui ont bénéficié de ce programme pour vivre une expérience internationale dans le cadre de leur formation. En France, 600 000 personnes ont bénéficié d’une mobilité financée par Erasmus+ entre 2014 et 2020, dont près de 180 000 étudiants et 168 000 jeunes ayant fait un stage à l’étranger. 

Ces derniers recourent de plus en plus à la mobilité pour parfaire le parcours d’apprentissage professionnel, y compris pour des séjours de longue durée (plusieurs mois) à l’étranger. 

Entre 2021 et 2027, Erasmus+ bénéficiera d’un budget de plus de 26 milliards d’euros, contre 14,7 milliards d’euros pour la période précédente. 70 % du budget soutiendra la mobilité, alors que les 30 % restants seront investis dans des projets de coopération transfrontalière, par exemple entre des établissements d'enseignement supérieur. 

Environ 10 millions de personnes, dont des étudiants, des apprentis, des professeurs, des enseignants et des formateurs dans tous les secteurs, devraient participer à des activités de mobilité à l’étranger au cours de cette période. 

Erasmus+ vise à être plus inclusif, en offrant plus de possibilités aux personnes provenant des milieux socio-économiques défavorisés, et à accompagner la transition verte et la transition numérique. 

160 000 mobilités en filière professionnelle

À vrai dire, les premières mobilités en Europe pour les stagiaires en formation professionnelle remontent à 1995 avec le lancement du programme Leonardo da Vinci, lui-même intégré dans le « programme pour l’éducation et la formation tout au long de la vie » de la Commission européenne avant que ce dernier ne devienne Erasmus+

Depuis, l’Europe a financé plus de 164 000 mobilités en faveur des lycéens professionnels, des apprentis et des stagiaires de la formation professionnelle. Sur la seule année 2020, 32 903 des 107 000 bénéficiaires d’Erasmus+ étaient issus de ces filières. En France, les Compagnons du Devoir et du Tour de France sont ainsi des utilisateurs fidèles du programme Erasmus pour les apprentis depuis 2004 et ont permis à 16 000 jeunes d’effectuer une expérience d’apprentissage dans un autre pays de l’Union européenne ! 

Un budget renforcé pour l’avenir

L’objectif, c’est d’offrir cette possibilité à toujours plus d’apprentis mais aussi d’augmenter la durée des périodes de mobilité. En effet, alors que par le passé les apprentis partaient à l’étranger pour seulement quelques semaines (15 jours en moyenne), la période d’apprentissage peut maintenant durer plusieurs mois dont la plus grande partie du temps en entreprises. Erasmus+ devrait permettre à deux fois plus d’apprentis de bénéficier d’une mobilité à l’international, que ce soit pour de périodes courtes ou longues. 

Pour les apprentis, cela a de nombreux avantages : consolider son savoir-faire, en élargissant sa palette de compétences professionnelles et linguistiques tout en développant son savoir-être : ouverture d’esprit, confiance, autonomie… 

De plus, la mobilité internationale fait aujourd’hui partie intégrante de nombreux cursus d’apprentissage et n’est donc plus considérée comme une « pause » pendant la formation. 

La Commission a également appelé les pays de l’Union européenne à rapprocher leurs législations en vue d’offrir aux jeunes apprentis européens un statut unique d’excellence, en s’appuyant sur un « Cadre européen pour un apprentissage efficace et de qualité ».  

Pour en savoir plus

Site de l’Agence Erasmus+ France

Site de la Commission européenne

Les 16 propositions sur l’Erasmus de l’apprentissage de l’eurodéputé français Jean Arthuis

Détails

Date de publication
8 mai 2019 (Dernière mise à jour: 16 février 2022)
Auteur
Représentation en France