Skip to main content
Logo de la Commission européenne
Représentation en France
Article d’actualité20 mai 2021Représentation en France

L’Europe ne fait rien pour les jeunes ! Vraiment ?

Chaque année en France, près de 100 000 jeunes sortent du système scolaire sans emploi ni qualification. La crise sanitaire risque d’aggraver cette situation car elle touche particulièrement les jeunes Européens : leur taux de chômage a crû de 2,2 points entre février 2020 et février 2021, alors qu’il touchait déjà 15 % des moins de 25 ans en Europe. L’Union européenne s’est déjà fortement mobilisée pour aider les jeunes Européens à accéder à l’emploi en créant dès 2013 la « Garantie européenne pour la jeunesse » et en renforçant les programmes existants à destination des jeunes, comme ERASMUS+. Le 15 septembre 2021, la Présidente de la Commission européenne a annoncé le lancement d’ALMA, un nouveau programme d’aide pour les jeunes en difficulté qui cherchent un emploi à l’étranger. Toutes ces actions s’inscrivent également dans les efforts de l’UE en faveur de la jeunesse dans le cadre de l’Année européenne de la jeunesse 2022

Containment measures in Brussels - Home isolation 

La « Garantie européenne pour l’enfance » contre la pauvreté et l’exclusion 

La première stratégie globale de l’UE sur les droits de l’enfant, adoptée le 24 mars 2021, propose aux États membres d’établir une garantie européenne pour l’enfance pour briser le cercle vicieux de la pauvreté et de l’exclusion sociale qui frappe particulièrement les jeunes. 

La garantie européenne se traduit concrètement par l’accès gratuit pour les enfants les plus défavorisés à des services d’éducation et d’accueil de la petite enfance, à l’enseignement et aux activités scolaires, à un repas sain au moins une fois par jour d’école, aux soins de santé. Un plan d’action devra être mis en œuvre par les gouvernements dans les 6 mois suivant l’adoption de ce texte. 

La « Garantie pour la jeunesse », une initiative européenne pour aider les jeunes à s’intégrer dans le marché du travail 

Pour accompagner les États membres à lutter contre le chômage des jeunes, la garantie européenne pour la jeunesse, adoptée dès 2013 est une recommandation clé de la stratégie de l’Union européenne pour la jeunesse. 

Il s’agit d’un ensemble d’objectifs que les États doivent atteindre en mettant en place des réformes structurelles et des mesures appropriées pour offrir à chaque jeune, et dans un délai de quatre mois suivant la perte d’emploi, le décrochage scolaire ou la sortie de formation, l’accès à un emploi, une formation, un contrat d’alternance ou un stage de qualité, qui lui permettra de s’insérer dans le marché du travail. Cette garantie a été renforcée en octobre 2020 afin de prévenir un chômage massif dans le contexte de la crise sanitaire. 

En France, cela a notamment débouché sur la création de la « Garantie Jeunes » qui s’adresse aux jeunes qui sont sans emploi, ne sont ni étudiants ni en formation, et dont les ressources ne dépassent pas le plafond du revenu de solidarité active (RSA). 

Erasmus : 35 ans que l’Europe offre la possibilité d’étudier, de se former, d’acquérir une expérience professionnelle ou de faire du bénévolat à l’étranger ! 

Entre 2021 et 2027, Erasmus+ bénéficiera d’un budget de plus de 26 milliards d’euros contre 14,7 milliards d’euros pour la période précédente). Environ 10 millions de personnes, dont des étudiants, des apprentis, des professeurs, des enseignants et des formateurs dans tous les secteurs, devraient participer à des activités de mobilité à l’étranger au cours de cette période. 

Les jeunes Européens pourront étudier, faire un stage ou un volontariat dans l’un des 33 pays du programme Erasmus+. Le nouveau programme double le nombre de possibilités offertes aux personnes en formation professionnelle de bénéficier d’une mobilité pour se former. Erasmus+ financera également la mobilité des élèves à des fins d’apprentissage, en proposant des expériences à l’étranger à la fois à des élèves et à des classes entières. 

La France est le 1er pays d’envoi, devant l’Allemagne et l’Espagne. Entre 2014 et 2020, près de 180 000 étudiants français sont partis étudier à l’étranger et 168 000 jeunes ont pu y faire un stage. Les jeunes Français partent prioritairement en Espagne et au Royaume-Uni. Ce dernier pays ayant décidé de quitter le programme, s’inscrire dans une université britannique sera désormais plus cher et plus compliqué. 

Erasmus+ n’est pas seulement un programme visant à favoriser les échanges culturels entre les peuples européens, c’est aussi un vrai plus pour les compétences et l’employabilité des jeunes. Avoir effectué un séjour Erasmus+ donne plus de chances d’obtenir un emploi : les jeunes ayant participé au programme sont moitié moins touchés que les autres par le chômage un an après la fin de leurs études. 

DiscoverEU, l’Interrail pour les jeunes 

Erasmus+ intègre désormais l’initiative Discover EU, qui délivre un titre de transport international, essentiellement en train, à 60 000 jeunes, l’année de leurs 18 ans. Ils peuvent ainsi acquérir une première expérience européenne, découvrir la diversité culturelle de l’Union tout en développant un sentiment d’appartenance au projet européen. Les agences Erasmus+ Jeunesse accompagnent les jeunes, avant, pendant et après leur périple en organisant rassemblements, visites culturelles, suivi et mise en réseau. Les jeunes issus des milieux les plus défavorisés bénéficient d’un dispositif spécial.  

Dans le cadre de cette initiative, quelques 8 000 français recevront un titre de transport gratuit pour visiter le continent européen. 

Le Corps européen de solidarité : l’Europe aide les jeunes à s’engager 

Le Corps européen de solidarité offre aux jeunes âgés de 18 à 30 ans la possibilité de participer à des activités de solidarité, au niveau national, ou dans l’un des pays participant au programme. Le budget de ce programme pour la période 2021-2027 s’élève à 1 milliard d’euros, ce qui permettra à plus de 270 000 jeunes de s’engager ou de monter des projets. Ils pourront opter pour un volontariat individuel, de 2 à 12 mois, ou un volontariat en équipe, réunissant 10 à 40 jeunes issus d’au moins deux pays pour une durée de 2 semaines à 2 mois. 

Il est également possible pour les jeunes de poursuivre une mission d’aide humanitaire à l’international. Le programme offrira davantage d’opportunités aux personnes moins favorisées y compris aux personnes issues de milieux culturels, sociaux et économiques différents, ainsi qu’aux personnes vivant dans des zones rurales et isolées. 

ALMA : l’UE aide les jeunes qui cherchent un emploi à l’étranger 

Le programme de placement professionnel ALMA offre aux jeunes Européens une nouvelle opportunité de mobilité transfrontalière. Les jeunes qui ne travaillent pas et ne suivent pas un programme d’études ou de formation pourront bénéficier d’un stage accompagné d’un service de mentorat pendant une période de 2 à 6 mois dans un autre pays de l’UE que leur pays d’origine. A leur retour, un soutien continu les aidera à s’orienter et à utiliser leurs nouvelles compétences acquises à l’étranger pour trouver un emploi ou poursuivre des études. 

2022, Année européenne de la jeunesse 

Tout au long de l'année 2022, les jeunes Européens bénéficieront de nombreuses possibilités d'acquérir des connaissances, des aptitudes et des compétences pour leur développement professionnel et de renforcer leur engagement civique pour façonner l'avenir de l'Europe : un avenir plus écologique, plus inclusif et plus numérique. 

Les initiatives en cours d'élaboration dans le cadre de l'Année européenne de la jeunesse bénéficieront d'un soutien de 8 millions d'euros au titre d'Erasmus+ et du corps européen de solidarité. 

Plus d’informations :

Détails

Date de publication
20 mai 2021 (Dernière mise à jour: 18 janvier 2022)
Auteur
Représentation en France